Dans l'actu...

Bergerac : le conseil municipal toujours théâtre de campagne pour les municipales

17 mai 2019 à 08h20 Par Émilie BAR

Ça devient une habitude depuis la déclaration de candidature de 2 candidats de la majorité, Adib Benfeddoul et Jonathan Prioleaud.

La soirée de mercredi n’a donc pas échappé à la règle. D’autant que ni Dominique Rousseau et ses acolytes, ni Cédric Zapéra n’étaient de la partie.

Quelques piques entre candidats donc au détour de la discussion concernant le dernier compte administratif du mandat. En d’autres termes le bilan budgétaire de l’année écoulée.

Un bilan qui est l’occasion pour le maire de se féliciter de la nette amélioration des comptes de la ville. Et pour son adjoint aux finances, Adib Benfeddoul, de démontrer que les 3 objectifs fixés en début de mandat ont été atteints : réduction de la dette de la ville et développement de la capacité d’autofinancement le tout sans augmenter les impôts.

C’est bien mais peut mieux faire a en substance jugé Fabien Ruet, qui siège dans l’opposition à la ville.

Il a salué la stratégie de désendettement mais a regretté qu’elle soit menée au détriment des capacités d’investissements. «On reporte toujours à demain », a t-il fait remarqué. « Comment fera t-on l’an prochain ? ». Et si l’année prochaine l’intéresse autant c’est parce que lui aussi est candidat aux municipales. Et Fabien Ruet de profiter de la réunion du conseil pour dérouler ses idées : re-lisser la dette, augmenter les mutualisations avec la CAB. « Il faudra supprimer des doublons de postes », a t-il prévenu.

Peu enclin à recevoir des leçons de son futur adversaire, Adib Benfeddoul, a renvoyé Fabien Ruet à ses choix passés : vote sous le mandat Rousseau de la hausse des impôts et malgré tout dégradation des finances de la ville. « Peut-être que vous ne voulez plus assumer l’héritage mais c’est une réalité »,a t-il asséné ajoutant que l’équipe actuelle aurait bien voulu renégocier avec les banques mais que celles-ci avaient fermé la porte à l’issue du précédent mandat. Aujourd’hui les relations avec les établissements bancaires sont apaisées. Pas celles entre les candidats Ruet et Benfeddoul en tout cas. Jonathan Prioleaud quant à lui est resté assez distant du débat. Préférant sans doute laisser ses deux opposants s’écharper à coup de petites phrases mesquines. Stratégie d’une force tranquille peut-être… Réponse au prochain conseil municipal sans doute.

Et le conseil qui a aussi été l’occasion de voter une motion proposée par l’Association des maires de France et la fédération hospitalière de France, concernant les évolutions du système de santé.

Une motion pour dénoncer les difficultés d’accès au soin, la fracture territoriale en la matière et l’absence de concertation.