Dans l'actu...

Déviation de Beynac: Michel Delpon pour la reprise du chantier

26 mai 2020 à 14h32 Par Xavier Boucherie
Crédit photo : EB

Le député du Bergeracois se prononce pour la 1ère fois en faveur du chantier controversé de la vallée de Dordogne.

Mis à l’arrêt et sommé par la justice administrative en décembre dernier de rendre le site en l’état, le conseil départemental, porteur du projet, relaie aujourd’hui dans un communiqué la position du député LREM de la 2ème circonscription de Dordogne sur ce sujet qui déchire la vallée depuis plus de 2 ans. Michel Delpon qui sort de sa réserve « eu égard aux travaux déjà réalisés » et plaide « contre la démolition des ouvrages déjà réalisés en raison du gaspillage d’argent public que cela représente. » Tout en soulignant « l’impact écologique négatif que cela va entraîner : nouvelle intervention dans le lit de la rivière, pas de mise en oeuvre des mesures compensatoires environnementales, destruction des bassins de rétention déjà construits, pas de renaturation de la rivière avec les frayères à brochets prévus à l’origine… »

Une déviation nécessaire au désenclavement routier et économique du territoire poursuit le député du Bergeracois.

Le conseil départemental estime entre 12 et 15 millions d'euros le coût de la démolition des travaux déjà engagés. Avec près de 25 millions déjà engoutis dans les piles de pont enjambant la Dordogne, la « gabegie » dénoncée par les opposants à cette déviation s’élèverait à près de 40 millions d’euros. Le département a lui déposé plusieurs recours pour contester la décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux du 10 décembre 2019.