Dans l'actu...

Duo day, ou la découverte d'un emploi pour les personnes en situation de handicap

20 novembre 2020 à 07h30 Par Nelly Albérola
Virginie a découvert, ce jeudi matin, l'agence bergeracoise de Pôle emploi de l'intérieur, grâce à l'opération "Duo day".
Crédit photo : Nelly Albérola

C’est aujourd’hui que s’achève la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap. En Dordogne, malgré le confinement, les structures de formation et d’aide à l’emploi ont tenu à maintenir au maximum les ateliers et conférences initialement prévus pour l’occasion.

A Bergerac, l’agence Pôle emploi (la première agence "multihandicap" de Dordogne, à savoir pouvant accueillir tout type de personnes en situation de handicap) a organisé un « Duo day » en recevant, hier matin, une personne en situation de handicap désireuse de devenir conseillère d’insertion professionnelle. Plus précisément Virginie Derouet, dont le programme fut bien chargé. « Ce sont des belles suprises, je ne m'attendais pas à autant de travail! », constate-t-elle avec humour.

Heureusement, Florence Morin l’accompagne dans sa découverte. Référente handicap à l’agence de Bergerac, elle connaît bien les difficultés que rencontrent les demandeurs d’emploi en situation de handicap. « Rien que le mot "handicap" peur aux employeurs », rappelle la professionnelle.

Son travail est alors double : D’un côté, elle doit rassurer l’employeur potentiel, lui expliquant qu’il n’y a pas de problème, simplement de l’adaptation, et que des aides existent. De l’autre : rappeler au demandeur d’emploi que son handicap ne le définit pas.

► Écouter Florence Morin

 « C’est le plus difficile, nous, on le voit quand on reçoit des personnes : la première question que nous posent les demandeurs d’emploi en situation de handicap, c’est ‘est-ce que je dois parler ou pas de mon handicap ?’ Donc déjà, ça les met dans une situation difficile lors de l’entretien parce qu’ils sont bloqués par cette question et qu’ils oublient les compétences qu’ils ont, la résilience qui les a fait amener à une reconversion professionnelle, bien souvent, et qui permet aussi de convaincre un employeur. »

 

Un(e) employé(e) comme les autres

Virginie, elle, a fait le choix de ne pas en parler automatiquement à ses potentiels futurs employeurs. Ce qui, on le rappelle, est tout à fait légal. Atteinte du syndrome d’Ehlers-Danlos hypermobile, qui fait souffrir son dos et ses cervicales, elle a appris à vivre avec son handicap, et même, si besoin, à en faire une valeur ajoutée.

► Écouter Virginie Derouet

 « Alors déjà, ça ne se voit pas. Mon corps, par moment, ce n’est pas évident, mais j’ai plusieurs choses qui se sont mises en place pour me soulager, donc je suis capable de travailler comme tout le monde. Au contraire, ça peut même apporter un plus pour l’entreprise qui peut toucher des aides qu’elle n’aurait pas avec une personne qui n’est pas en situation de handicap. Donc je ne le vois pas comme une pénalité, au contraire. »

 

A Bergerac, environ 10% de la population est en situation de handicap. Soit quelques 1000 demandeurs d’emplois sur la commune. Contrairement à l’idée reçue, le handicap est invisible dans plus de 90% des cas.

► Écouter le reportage complet