Dans l'actu...

Etape 2 du déconfinement : « Nous ne revenons pas au monde d'avant »

01 juin 2020 à 07h53 Par Émilie BAR
Photo d'archives
Crédit photo : EB

Le grand jour c'est demain.

Celui de l'étape 2 du déconfinement et la promesse de retrouver encore un peu plus les plaisirs du quotidien. Restaurants, bars, liberté d'aller et venir, etc... Mais attention ça ne doit pas être la porte ouverte à la négligence.

Le respect des gestes barrières devra rester la règle. C'est ce qu'a tenu à rappeler le préfet lors de sa conférence de presse vendredi. « Nous ne revenons pas au monde d'avant », a t-il insisté parlant de liberté raisonnée.

Pas de brigade de surveillance pour les bars et les restaurants mais Frédéric Périssat qui en appelle une fois encore au bon sens de chacun, comme lors de la réouverture des commerces le 11 mai dernier.

Au-delà des bars et restos, ce sont aussi les piscines qui vont pouvoir rouvrir demain. Ce ne sera pas le cas à Bergerac, en transition entre deux piscines, on y reviendra. Réouverture des plages des lacs et des rivières. Sans obligation de port du masque. Une liberté qui pourra être restreinte en cas de trop nombreuses prises de risque.

Et puis l'autre grand enjeu demain, ce sont les réouvertures de l'ensemble des établissements scolaires, ou presque. Le directeur académique des services de l’Éducation nationale assure une réouverture de l'ensemble des écoles du département demain ou au plus tard le 8 juin. Encore 7 écoles n'avaient pas pu rouvrir selon Jacques Caillaut. Pour autant, selon les chiffres officiels, 50% des élèves du premier degré du département ont déjà regagné leurs classes au moins une fois par semaine. Et l'inspecteur d'académie de rappeler que l'objectif est que tous les élèves soient retournés à l'école d'ici la fin du mois de juin.

La fin juin, ce sera la date pour le second tour des élections. Un second tour qui se tiendra naturellement dans le plus grand respect des règles sanitaires. Et donc le port du masque sera obligatoire.

Et on notera aussi la reprise dès aujourd'hui de la chasse. Alors uniquement pour un certain type de gibier comme le sanglier qui est en surpopulation. Besoin de réguler donc.

Enfin, le préfet a fait un point sur les mesures gouvernementales pour les entreprises. A savoir que 7.390 établissements ont demandé à bénéficier de l'activité partielle soit plus de 48.000 salariés. 6.053 dossiers ont déjà été traités. A noter aussi que 24,2 millions d'euros ont été accordés dans le cadre du fond de solidarité.