Dans l'actu...

Hôpital de Bergerac : la directrice confiante pour l'avenir

21 janvier 2020 à 08h41 Par Émilie BAR
Corinne Mothes lors de la cérémonie des vœux, jeudi dernier.
Crédit photo : EB

Ça va mieux à l’hôpital de Bergerac.

C’est ce qui ressort en tout cas de la cérémonie des vœux de la direction.

Elle avait lieu jeudi dernier. Et a donc pris un ton complètement différent de la cérémonie de janvier 2019.

Alors que l’an dernier l’accent était mis sur les difficultés financières rencontrées par la structure et que la directrice mettait en avant les efforts supplémentaires qui seraient encore demandés au personnel, brossé, pour l’occasion dans le sens du poil ; cette année, tout semble aller mieux. En tout cas Corinne Mothes s’est dit plus sereine et confiante pour l’avenir grâce notamment à un retour progressif à l’équilibre financier dans le calendrier imparti. Mais elle ne s’attardera pas sur la question. Pas beaucoup plus sur les difficultés que connaît de manière générale l’hôpital public et qu’a connu de manière plus particulière celui de Bergerac. Quasiment 4 mois de grève des urgentistes passée presque sous silence. « Grâce à la qualité du dialogue social, toujours constructifs, l’écoute réciproque, des propositions ont pu satisfaire les revendications », a t-elle dit. On notera la mise en place d’une gestionnaire de salle d’attente pour assurer le lien entre patients et familles en attente de nouvelles.

Côté nouveautés en 2019 justement : l’ouverture d’une consultation d’homéopathie et une de tabacologie pour les femmes enceintes, ouverture aussi d’une consultation de pneumologie et d’une d’onco-hématologie entre autre. 750.000 euros d’investissements en équipements ou encore travaux. Ce sera près d’1 million 3 en 2020. L’hôpital qui revendique désormais une meilleure qualité d’accueil. Reste maintenant à recruter pour limiter l’intérim et assurer la pérennité de l’établissement. Côté chiffres on notera tout de même la diminution de l’activité concernant le secteur médecine, chirurgie, obstétrique. 70 naissances en moins par exemple par rapport à l’année précédente et naturellement beaucoup moins de patients en surveillance continue du fait de la fermeture de 4 lits. En revanche les passages aux urgences continuent d’augmenter. Plus de 30.000 cette année. Tout comme les activités liées aux personnes âgées ou dépendantes.

Et pour compléter, sachez que les discussions se poursuivent dans le cadre d’un rapprochement entre l’hôpital et la clinique Pasteur et qu’en 2020 l’hôpital prévoit le recrutement d’un biologiste, un radiologue et un urgentiste.