Itinérance médicale : Si vous ne pouvez pas aller consulter, c'est la consultation qui viendra à vous...


18 février 2021 - 651 vues

La mission principale aujourd’hui de l’asso Proxisanté est d’être à l’écoute des bergeracois, et notamment des plus jeunes, qui auraient des questions, des doutes, sur les gestes barrières que les autorités publiques imposent à la population depuis bientôt un an. 

? Écouter Jean-Luc Debande  

« Les masques, c’est la problématique : masque tissu, pas tissu, constate Jean-Luc Debande, bénévole et chef de projet pour l’association Proxisanté. Après, le geste mal compris, c’est le gel hydroalcoolique : ce n’est pas du savon. Et après derrière, ce qui revient souvent avec les gens sur les questions, c’est le fait de ne plus pouvoir toucher les grands-parents, de ne plus pouvoir faire de câlin à papy/mamie, même en vacances, de ne plus pouvoir faire d’anniversaires avec les copains, et d’imposer les gestes de distance à l’école... ça devient compliqué pour eux. C’est vrai que c’est une génération qui a cette problématique-là. »

Pendant deux jours donc, tous les conseils sont rappelés au public, et ce, en plusieurs langues.

IMG_2038 (2).JPG (1.80 MB)

Crédit : N.A - Deux espaces sont aménagés dans le camping-car pour permettre différents échanges privés.

Mais c’est aussi l’occasion de présenter le lieu atypique dans lequel ces conseils sont fournis : à savoir un camping-car tout équipé pour faire différentes actions, des ateliers de cuisine diététique à la prévention sexuelle. Et dans ces années de crise sanitaire, pourquoi pas une campagne de vaccination par exemple, comme l’explique Véronique Debande, présidente de l’asso Proxisanté.

? Écouter Véronique Debande  

« Ce véhicule en fait est totalement équipé avec des nouvelles technologies – antenne, satellite, qui nous permettent la transmission de données de santé sécurisée et d’être en lien avec le centre de régulation du SMUR ou d’avoir avec nous ici des gens du SDIS, des pompiers, qui pourraient avec des objets connectés transmettre des données et faire en sorte que les gens qui pourraient avoir un effet indésirable, ou sur un vaccin, ou pour n’importe quoi en fait (faire un petit malaise dans le véhicule), pourraient être transportés directement en lien avec le SAMU du secteur. »

Médecine de demain

Créé en 2016, ce Consultobus est principalement utilisé à ce jour pour des animations-santé en ruralité, Octobre rose, Mois sans tabac, ou dans le cadre notamment du bien vieillir.

Mais depuis juillet dernier, le dispositif est inscrit dans le rapport Guedj rendu au ministre de la santé, Olivier Véran, et référençant "36 propositions et pistes pour une politique pérenne de lutte contre l'isolement des personnes âgées".

Pour l’équipe de Proxisanté, c’est surtout l’occasion de penser différemment la médecine de demain, comme le présente Jean-Luc Debande.

? Écouter de nouveau Jean-Luc Debande  

« En ruralité, le médecin de demain, c’est utiliser un bus, ou comme celui-ci, ou transformé en un outil médical itinérant, pour pouvoir aller au plus près de la population. Avec des outils connectés : dans ce Consultobus, on peut faire un ECG, on peut prendre la tension, on peut faire plein de choses, et transmettre. On va au plus près des gens qui sont un peu abandonnés ou esseulés dans certains villages en créant des tournées. Et comme on faisait avant avec le boulanger qui passait le lundi, les gens savent qu’on passe régulièrement dans un village, et que c’est pour faire une consultation. On n’est pas là pour remplacer le médecin. »

Une option qui reçoit des premiers échos plutôt positifs de la population, à l’image d’Anne-Lise Foulex, venue ce mercredi découvrir le dispositif.

? Écouter Anne-Lise Foulex  

« Au niveau médical sur la Dordogne, c’est assez compliqué d’avoir des rendez-vous, d’être bien suivi en fait. Je me dis que c’est vraiment une bonne solution. »

Le Consultobus comme solution à ce désert médical grandissant en Dordogne, en agissant comme une borne relais de télémédecine, mais aussi, pourquoi pas, pour tout autre service. Telle est la proposition que Proxisanté souhaite développer sur le territoire, et notamment auprès de la Cab.

L’asso qui est donc à votre disposition encore aujourd’hui, en face du cinéma Grand Ecran, place de la République à Bergerac.

? Écouter le reportage complet  

Et sachez que Proxisanté a également un autre projet de véhicule aménagé permettant non plus de faire simplement de la consultation ou du relais de télémédecine, mais bien d’être un véritable cabinet médical itinérant. Le député Michel Delpon s’est dit intéressé par la démarche hier matin. Il faut dire que le véhicule fonctionnerait à l’hydrogène. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article