Dans l'actu...

Le centre événementiel de Bergerac devrait ouvrir ses portes en 2023

17 septembre 2020 à 07h40 Par Émilie BAR
Frédéric Delmarès a présenté l'avant projet du centre événementiel mardi soir.
Crédit photo : EB

La première ébauche de ce projet a été présentée mardi soir à une poignée d’élus et d’acteurs économiques ou associatifs du territoire. Plus une présentation qu’une concertation. 

Le centre événementiel qui doit venir remplacer la salle Anatole France, vieillissante, énergivore et peu adaptée aux besoins du territoire ont rappelés Jonathan Prioleaud, le maire de Bergerac, et Frédéric Delmarès, le président de l’agglo. L’agglo qui portera le projet sur un terrain actuellement détenu par la ville de Bergerac. Ce qui permettra à la CAB d’aller plus vite dans la construction. Aller vite, c’est d’ailleurs l’expression qui a rythmé la soirée de présentation. Urgence à réaliser le projet pour bénéficier d’un maximum de fonds publics a justifié le président de la CAB.

- Écouter Frédéric Delmarès

Car se doter d’une centre événementiel, ce serait pour l’agglo un gage d’attractivité supplémentaire. L’occasion notamment de faire venir des congressistes de toute la France et pourquoi pas de Grande-Bretagne et des Pays-Bas via l’aéroport, imagine t-on déjà à l’agglo. Mais au-delà d’un centre des congrès qui sera aussi une salle de concert, l’agglo dit vouloir avant tout offrir un nouveau lieu, mieux adapté aux Bergeracois, entreprises et associations. Une structure en fait polyvalente qui devrait être bâtie en lieu et place d’Anatole France. Un bâtiment qui devrait pouvoir accueillir jusqu’à 2.000 personnes en configuration spectacle. Avec gradins et scènes modulables. Un grand espace auquel s’ajoutent une salle pouvant accueillir jusqu’à 300 personnes, une autre jusqu’à 100 et deux salles dont la jauge ne dépasse pas 50 personnes. De quoi répondre à tous les besoins du territoire estiment les élus qui imaginent bien d’ailleurs installer là leurs réunions du conseil communautaire.

cab centre eve.PNG (169 KB)

Coût estimé du projet : 11 millions 332.500 euros hors taxes maximum dont près de 4 millions qui seraient supportés par la mairie de Bergerac et l’agglo. Le projet bénéficiant déjà des soutiens de l’État, de la région et du département. Un centre événementiel dont la construction ne devrait pas démarrer avant fin 2021 pour une mise en service au plus tard fin 2023.

Côté gestion, elle sera probablement en régie. Gérée donc théoriquement par la CAB avec sur le terrain peut-être les équipes de la ville de Bergerac, a laissé entendre Jonathan Prioleaud. Pas de quoi rassurer les opposants au projet, parmi lesquels, le désormais élu de l’opposition Adib Benfeddoul.

- Écouter Adib Benfeddoul

Adib Benfeddoul qui compte bien marquer à nouveau son opposition, lundi prochain à l’occasion du conseil communautaire. L’élu qui demande, par ailleurs, la mise en place d’une consultation citoyenne sur ce dossier. Prudence et réflexion sont nécessaires dans le contexte dans lequel nous sommes, dit-il. Adib Benfeddoul qui évoque même la possibilité d’utiliser des moyens juridiques pour empêcher l’implantation de ce centre événementiel à Picquecailloux.

Mais il n’y avait pas que des détracteurs, mardi soir, lors de la présentation.

Bien au contraire. Le débat, si on peut l’appeler comme ça, a été plutôt limité avec globalement plus des interrogations que de l’opposition. On a repéré dans la salle Jean-François Molinié, le nouveau président de l’Université du Temps Libre. Lui trouve le projet plutôt bien ficelé mais il a quelques regrets quant à sa présentation.

- Écouter Jean-François Molinié

Demande de concertation une nouvelle fois. C’est ce qui fait défaut jusque là. Pour les pro de l’événementiel à l’instar de Cédric Dumas, le directeur d’Alliance Expo, il y a encore du pain sur la planche.

- Écouter Cédric Dumas

On l’a compris les futurs usagers estiment qu’il a encore du travail sur ce projet de centre événementiel. Reste à attendre déjà les propositions des architectes. L’occasion de créer à nouveau le débat.