Dans l'actu...

Le centre provisoire d’hébergement de Bergerac inauguré

03 juillet 2019 à 07h06 Par Xavier Boucherie
Crédit photo : XB

C’était il y a deux semaines sur le site de l’ex-ESCAT.

Mais les anciens appartements militaires y accueillent des réfugiés depuis déjà un an. Tous ont obtenu le droit d’asile en France. La structure sert de lieu de transition avant de s’installer définitivement dans le pays. Une trentaine de personnes hébergées là pour l’instant, venues de tous horizons. La plupart de zone de guerre ou pour fuir les persécutions. A leur arrivée à l’ESCAT tous sont pris en charge par des éducateurs de l’association l’Atelier. 

Sa présidente Martine Cornu

Des suivis au cas par cas. Pour les rendez-vous, les papiers administratifs, les recherches d’emplois ou encore les quittances de loyer. Les réfugiés en paient un chaque mois pour loger à l’ESCAT. Une somme symbolique, moins de 100 euros. Cela fait partie de leur processus d’intégration. Une différence avec les centres de demandeurs d’asiles qu’ils ont connus auparavant. Parmi les familles hébergées à l’ESCAT, on compte 7 enfants. Ils sont pris en charge juste à côté, à l’école René Desmaison.

► La directrice Nathalie Lafon

Des enfants accueillis avec leurs parents pour 9 mois à Bergerac. Avant de s’installer pour de bon, ici ou ailleurs. Actuellement le département accueille environ 80 familles. Un chiffre amené à se réduire dans les prochaines années selon la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.

►Henri Simon, directeur adjoint de la DDCSPP

En janvier prochain, le centre d’hébergement provisoire pourra accueillir une vingtaine de réfugiés supplémentaires. Avec la fermeture progressive du centre d’accueil et d’orientation dont s’occupait l’Atelier jusque-là. Le maire de Bergerac souhaite en rouvrir un nouveau. Des discussions avec une association de Périgueux sont en cours.