Dans l'actu...

Le poste de juge d'instruction dans la balance à Bergerac?

29 octobre 2019 à 07h50 Par Emilie Bar
Crédit photo : EB

C'est en tout cas ce que craint le maire Daniel Garrigue après la publication d'une note confidentielle dévoilée par le Canard enchainé la semaine dernière.

Une note du ministère de la justice à destination du premier ministre et dans laquelle la Chancellerie requiert une réunion avec des spécialistes de la carte électorale pour poursuivre la restructuration du système judiciaire. Et cela passerait par la suppression de juges d’instructions dans certaines juridictions de tailles moyennes. Objectif : mettre en parallèle les communes où le poste est menacé car trop peu productif, moins de 50 dossiers par an, et les derniers résultats électoraux de La République en Marche.

En clair : le maintien ou non d'un juge d’instruction dans ces villes serait donc tributaire des résultats électoraux de la majorité présidentielle et notamment pour les élections municipales de Mars prochain. Mais pour ne pas perdre de marcheur d’ici là, le ministère de la justice préconise aussi de ménager la trentaine de communes concernées jusqu’aux municipales. Et parmi elles donc, Bergerac. De quoi provoquer l'ire du 1er magistrat.

► Daniel Garrigue

Réaction également au niveau national des deux syndicats de la magistrature. L’union syndicale des magistrats dénonce "une scandaleuse instrumentalisation politique de la réforme de la justice". Même ton pour le syndicat de la magistrature qui parle lui de "mépris de l’indépendance de la justice".

Au niveau local pourtant, aucune réaction n’a filtré. Une passivité qui, là aussi, fait réagir Daniel Garrigue.

► Daniel Garrigue

L'édile appelle donc à la mobilisation pour préserver le poste de juge d'instrction dans sa juridiction. Il a pris déja pris contact à ce sujet avec ses collègues, élus corréziens également concernés à Tulle et Brive.

A Bergerac, une soixantaine de dossiers seraient traités chaque année par le juge d’instruction. Plus donc que le minimum requis par le ministère de la justice.