Dans l'actu...

Le stationnement à Bergerac au menu du conseil municipal

05 juillet 2019 à 08h00 Par Xavier Boucherie
Crédit photo : EB

Avec le bilan de l'année 2018 présenté hier aux élus. Un sujet qui généralement échauffe les esprits.

Majorité et opposition nous avait habitué à des débats plus passionnés lorsque la question du stationnement était à l'ordre du jour.
Or pour ce bilan 2018 de la délégation de service public confiée à la SAGS, les échanges ont été plutôt cordiaux. Christian Bordenave évoque un resultat 2018 favorable et positif. Avec des recettes sur voirie à la hausse: +25% dans l'hyper centre, 8 pour la zone verte.

Un bond dû au caractère dissuasif de l'amende explique le rapport. Et des recettes au-dessus des espérances de la SAGS, de 42.000 euros, pour atteindre plus d'1 million 500.000 euros.
"Des résultats qui tranchent avec la fréquentation du centre-ville, qui eux décrochent" regrette l'élu de l'opposition Fabien Ruet. Et voit dans ces amendes, la cause de ce désamour. 4% de baisse de fréquentation dans l'hyper centre, -10 en zone verte. Plus basse qu'en 2016, "année où cette zone verte avait justement été étendue à certains boulevards encore gratuits" assène l'élu.

"Des parkings parmi les plus chers de Dordogne" reprend l'élu communiste Cédric Zapéra. "Le FPS, une usine à gaz pour certains usagers" renchérit Gaëlle Blanc Lajonie et des bornes trop éparpillées expliquent cette baisse de fréquentation pour l'ancienne élue de la majorité.

"Un débat que l'on connait par cœur" reprend le maire. Une baisse en extérieur compensée notamment par la progression des tickets au parking des Carmes: +7%, une 1ère souligne Daniel Garrigue. "On ne peut pas parler d'une déprise du stationnement de centre-ville. Ce n'est pas ce que nous constatons en tout cas " conclut-il.

Autre sujet sur la table hier soir. La délégation de service public, en marche, pour l’abattoir bergeracois.

Et là aussi, les débats sont restés sobres.
"Il en va de la survie de la structure, nécessaire pour garantir la qualité du service et répondre au cahier des charges du plan territorial d’alimentation" introduit Daniel Garrigue. Notamment vis à vis des circuits courts.
"Dans un contexte incertain, impossible de rester en régie" regrette le maire. Solution envisagée: faire entrer de nouveaux acteurs au sein d'une Société d'Economie Mixte partagée entre la ville, la CAB, les agglos de Périgueux et de la vallée de l'homme, le conseil départemental et les clients de l'abattoir. Une SEM qui pourra, à terme, se fondre dans une délégation de service public.

"Inclure des représentants du personnel au sein du conseil d'administration de cette SEM serait une bonne manière de récompenser les salariés qui ont participé au succès de cet abattoir" propose Cédric Zapéra. Un amendement sera rajouté promet le maire, avant de faire approuver l'assemblée.

A noter qu'à la fin de ce conseil, les élus ont également voté une motion contre la décision unilatérale du SMD3 de réduire l'accueil à la déchetterie bergeracoise depuis le 1er juillet. Des élus pas informés de cette décision et qui ont vu rouge face à cette communication déficiente du syndicat mixte des déchets de Dordogne.