Dans l'actu...

Les personnels des urgences donnent leur sang pour alerter sur le manque de moyens

27 août 2019 à 07h05 Par Émilie BAR
Les personnels des urgences ont été soutenus par Vivane Fray, la présidente de l'association pour le don du sang à Bergerac (à gauche)
Crédit photo : EB

Une nouvelle forme de protestation pour les personnels des urgences de Bergerac en grève depuis 2 mois maintenant pour réclamer plus de moyens.

Hier, une dizaine d'entre eux a profité de la collecte de sang organisée jusqu'à mercredi à la salle René Coicaud, pour donner un coup de pouce au don du sang mais surtout pour exprimer leur mal-être. 

► Écouter Caroline Fossard, infirmière de nuit aux urgences de Bergerac

Mais arrivés sur place les personnels n'ont pas eu autorisation d'afficher leur mécontentement au sein de la collecte. Pas d'affichette, pas de t-shirt marqués en grève autorisés au moment du don du sang. C'est l'EFS régional qui a dit non malgré l'accord et le soutien de l'association bergeracoise pour le don du sang. 

► Écouter Vivane Fray, la présidente de l'association

Finalement hier les urgentistes ont bravé l'interdiction affichant tout de même leurs slogans au moment du don.

urgences don sang 2.jpg (1.43 MB)urgences don sang 3.jpg (1.53 MB)
Caroline Fossard, infirmière de nuit et Pascale Slagmolen, représentante de l'UNSA, hier après-midi lors de leur don. (Photo UNSA)

Côté négociation avec l’hôpital, tout est en stand-by pour l'instant à cause des congés d'été notamment. Le poste d'infirmier supplémentaire de nuit est acté mais ne sera mis en place qu'à la sortie de la grève. Pas forcément pour tout de suite à priori. Personnels et syndicats attendent beaucoup des instances nationales.

► Écouter Caroline Fossard

Réponse immédiate d'autant que depuis un mois les urgences de Bergerac accueillent celles de Sainte Foy la nuit. Un dispositif, à priori temporaire, pas toujours évident à gérer.

► Écouter le podcast

En attendant des éventuelles avancées, la grève est toujours très suivie et très soutenue, d'après l'UNSA, par les patients des urgences et les Bergeracois. Ils sont plus de 5.000 à avoir signé la pétition malgré les difficultés que le syndicat dit avoir rencontré pour la promouvoir au sein de l'hôpital. Interdiction d'affichage ailleurs qu'au service des urgences.

Pas de quoi décourager les personnels qui comptent poursuivre leurs actions sur le marché. Et pour l'avenir, reste à voir les positions que va prendre la ministre de la santé à la rentrée, mais les personnels n'imaginent pas arrêter la lutte avant d'obtenir satisfaction. Ils envisagent même un regroupement des luttes. 

► Écouter Pascale Slagmolen, représentante UNSA à l'hôpital de Bergerac

Voilà pour ce qui concerne la mobilisation des urgentistes hier lors de la collecte de sang. La collecte qui a d'ailleurs accueilli beaucoup de monde pour ce premier jour. « Les appels au niveau national et régional semblent avoir été entendus », se réjouissait Viviane Fray.

Collecte à Bergerac qui se poursuit aujourd’hui et demain de 15h à 19h à la salle René Coicaud.