Dans l'actu...

Marlène Schiappa en visite à Bergerac hier

12 février 2019 à 07h09 Par Emilie Bar
Crédit photo : EB

Visite sur le thème de la parentalité.

Au pas de course, la secrétaire d’État est arrivée vers 9h au café « Ptit Air pour Pitchouns et Grands » dans le quartier Jean Moulin. Visite de la structure et échange avec les intervenantes de l’association en cercle restreint, sur la parentalité. L’occasion pour Marlène Schiappa de valider le déblocage d’un poste adulte-relais. Un soulagement pour la créatrice du café associatif Vanessa Camaret qui attendait la nouvelle de pied ferme. Un poste supplémentaire qui permet de pérenniser l’asso créée il y a deux ans.

Mais à côté de cette bonne nouvelle, pas vraiment d’annonce.

Marlène Schiappa était surtout venue pour assurer le service après-vente. Ça a notamment été le cas à l’occasion du débat organisé à la salle Coicaud, dans le quartier de la Brunetière, dans la foulée.

Débat avec une audience triée sur le volet. Des élus, des présidents d’assos, des lycéens et des proches du député Michel Delpon. A notez la présence de quelques femmes gilets jaunes. Les autres manifestants, une quinzaine, ont été retenus à l’extérieur, encerclés par les policiers à plusieurs dizaines de mètres de la ministre.

« Comme pour ne pas croiser nos regards », nous a confié l’un d’eux.

Dans la salle, les questions se multiplient sur les agressions sexuelles, l’alphabétisation ou encore le handicap. Vient naturellement sur le tapis la question des difficultés liées à la monoparentalité. Difficulté de mobilité, d’accès à l’emploi de garde des enfants. Un sujet sur lequel s’était exprimé la secrétaire d’État un peu plus tôt.

Marlène Schiappa

Droit des homosexuels, calendrier de l’accès à la PMA, accès au droit des mineurs victimes d’agressions homophobes, Cédric Testut du collectif LGBT 24 a attendu que Marlène Schiappa soit attentive, a t-il dit, pour poser ses questions. Réponses consensuelles à l’arrivée. Pas de date mais des promesses et l’assurance d’un soutien. Promesse aussi d’étudier le dossier du planning familial inquiet du non ruissellement des aides nationales vers les départements. Marlene Schiappa a naturellement montré qu’elle partageait les inquiétudes des professionnels du milieu associatif. Et finalement on imagine qu’hier matin, on ne lui en demandait pas plus.

Avant de repartir pour un autre débat dans le Lot-et-Garonne, la secrétaire d'état a toutefois réagi sur la dernière couverture polémique du magazine du SMD3, le syndicat des déchets. Une couverture jugée sexiste par plusieurs associations et syndicats du département.

► La réaction de Marlène Schiappa