Dans l'actu...

Michel André au tribunal : "le dossier est politique"

23 mai 2019 à 07h14 Par Xavier Boucherie
Michel André et les frères Costes étaient convoqués au tribunal de Bergerac hier.
Crédit photo : XB

Délibéré renvoyé à fin juin pour Michel André et les frères Costes

Convoqués hier devant le tribunal correctionnel de Bergerac, les trois opposants au contournement de Beynac devaient répondre d’outrage à personne dépositaire de l’autorité public et dégradation volontaire après leur participation à un attroupement devant le domicile de Germinal Peiro en Avril 2018. Une pancarte sur laquelle on pouvait lire «Nous voulons des élus intègres, on te le demande, on te surveille » avait été accrochée sur le portail du président du conseil départemental. Une manière de l’interpeller directement se défend Gilbert Costes à la barre. Son frère Raymond, devait lui répondre de dégradations après que le mai de l’élu a quelque peu souffert pendant l’attroupement. Michel André était entendu pour complicité dans cette affaire. Le seul des trois protagonistes à avoir été directement cité par Germinal Peiro. Preuve que le dossier est politique pour le président de la Sepanso Dordogne.

► Michel André

Maitre Gonthier, qui défend Germinal Peiro dans ce dossier a réclamé 3.000 euros de dommages et intérêts aux trois protagonistes. Leur avocat a logiquement plaidé la relaxe. La procureur elle a requis 2.000 euros d'amende à l'encontre de Michel André et Gilbert Costes, avec sursis ou non en fonction du parcours des prévenus. 400 euros d'amende avec sursis pour Raymond Costes pour l'intervention sur le mai d'élu.

Réponse le 26 juin prochain.