Dans l'actu...

Mobilisation en baisse hier en Dordogne

11 décembre 2019 à 07h30 Par Emilie Bar
Crédit photo : EB

2.200 à 3.200 personnes ont défilé à Périgueux hier, selon les sources contre près de 7.000 le 5 décembre. Un peu plus d’un millier à Bergerac alors qu’ils étaient 2.600 la semaine dernière.

A Bergerac, dans le cortège, pas mal de profs des collèges et lycées. Comme ceux du lycée Maine de Biran où un rassemblement était organisé juste avant la manifestation. Là bas, plus de 60 % des profs s’étaient mobilisés jeudi dernier. Ils étaient encore 40 % en grève hier, selon le SNES-FSU et Force Ouvrière. Une mobilisation exceptionnelle pour l’établissement. Les profs qui entendaient manifester contre la réforme des retraites naturellement. Ils demandent le retrait pur et simple du projet et insistent sur leurs conditions de travail devenues particulièrement difficiles, disent-ils. En cause notamment : la réforme du lycée.

► Vincent Boudinet, professeur d’espagnol à Maine de Biran et membre du SNES – FSU

profs maine de b greve ok.jpg (127 KB)

►Jean Luc Dupé, professeur de sciences physiques et syndiqué Force Ouvrière

Les pensions justement, les syndicats ont fait les calculs globalement de ce qu’ils pourraient perdre avec la réforme, sachant que beaucoup d’éléments sont indéterminés, la valeur du point notamment. Pour autant ils estiment en moyenne que les enseignants vont y laisser 500 à 800 euros par mois. Actuellement les pensions sont calculées sur les 6 derniers mois d’activité, car les traitements commencent très bas, assurent les syndicats qui ne se satisfont pas de la proposition de leur ministre de la mise en place de revalorisation en début de carrière. « Ça fait longtemps qu’on le dit », explique Vincent Boudinet qui assure que les profs en France sont parmi les moins bien payés d’Europe. Plus objectivement ils sont dans le milieu du tableau selon les chiffres publiés par la commission Européenne.

Les enseignants de Maine de B ont rejoint la manifestation interprofessionnelle hier et demandent donc le retrait pur et simple du projet de réforme des retraites ainsi qu’une revalorisation salariale. Edouard Philippe doit prendre la parole aujourd’hui. Pas sûr que ses annonces calment le jeu. Les profs eux se disent déterminés à poursuivre leur action.