Dans l'actu...

Municipales à Bergerac : Dominique Rousseau repart en campagne

26 novembre 2019 à 07h12 Par Émilie BAR
L'équipe qui travaille sur la liste "Bergerac ensemble, Soyons fiers de Bergerac". Tous ne seront pas nécessairement colistiers.
Crédit photo : EB

L'ancien maire de la ville et Président de la CAB travaille sur une liste qui se veut apolitique et plurielle mais ne sera pas nécessairement le leader de cette liste soutenue par Christophe Fauvel.

En politique, le paysage s'élargit encore en vue des municipales à Bergerac. Avec, on vous le disait hier, l'entrée en campagne d'une nouvelle liste qui se veut apolitique et le retour sur le devant de la scène de l'ancien maire et président de la CAB, Dominique Rousseau. L'ancien édile entouré de ses fidèles hier soir lors de la présentation de l'équipe qui travaille sur la liste « Bergerac simplement, soyons fiers de Bergerac ». Parmi eux son ancien adjoint aux finances Alain Brettes, président de la CPME 24 et les conseillers ou ex-conseillers Sylvie Chancogne et Jacques Lamourane. Avec à la manœuvre en coulisse naturellement son ami, Christophe Fauvel, le président de la CCI Dordogne, du Medef de Nouvelle-Aquitaine et du Bergerac Foot. Dominique Rousseau, qui avoue un certain goût d'inachevé au sein de son équipe, part donc à la reconquête de la mairie mais pas forcément comme tête de liste. Pour autant il n'exclut pas l'hypothèse. 

► Écouter Dominique Rousseau

La présentation des colistiers et le choix de la tête de liste devrait intervenir en début d'année prochaine. Stéphane Delage, ancien directeur général des services de Dominique Rousseau, un poste qu'il occupe désormais à Trélissac, est également pressenti. «Une femme serait aussi un très bon profil », a ajouté hier Alain Brettes. En attendant la désignation de son leader et la présentation des colistiers, le collectif va continuer à travailler sur son programme avec pour objectif de répondre au besoin de renouveau des Bergeracois. Ce que ne proposent pas les candidats aux municipales déclarés selon Christophe Fauvel qui s'est appliqué hier soir à démonter une par une les ambitions des concurrents : Jonathan Prioleaud, "le dauphin de Garrigue" dans "une équipe qui n'a pas réalisé grand chose", Fabien Ruet, qui "en rêve depuis tout petit" et pour qui "le costume est déjà trop grand avec des étiquettes qui pendent de partout" qui plus est, Adib Benfeddoul, "peut-être le moins critiquable" mais issu de la majorité aussi et au "positionnement trop politique" et puis les extrêmes qu'ils soient de droite ou de gauche et qui "servent de défouloir".

L'équipe de « Bergerac Simplement, Soyons fiers de Bergerac », composée de nombreux chefs d'entreprise, artisans et commerçants, veut elle proposer une toute autre vision assure Christophe Fauvel.

► Écouter Christophe Fauvel

Et pour y arriver, le collectif veut faire de Bergerac une ville connectée, solidaire et responsable.

Quelques propositions émergent déjà sur les thématiques de l'emploi, le sport et le cadre de vie. On retiendra notamment l'idée de faire de l'ESCAT un mini Darwin, référence au projet Bordelais, qui saura mêler culture, entrepreneuriat et loisirs. L'envie de reprendre complètement la main sur la cuisine centrale. La volonté de remettre en place des médiateurs de rue et de renforcer la municipalité sur le terrain pour plus de sécurité ou encore développer les relations entre les habitants. Et puis le collectif parle beaucoup de mutualisation avec la CAB notamment. La CAB, enjeu essentiel pour cette liste dont certains membres ne conçoivent pas, si elle est élue, de ne pas présider l'agglo. L’occasion de dire pour certains que c’est surtout pour ça que Dominique Rousseau revient. « C’est l’angle d’attaque facile », balaye Christophe Fauvel qui rejette l’idée de refaire le match.

Véritable entrée sur le terrain pour « Bergerac simplement, soyons fiers de Bergerac » en décembre avec la distribution de documents de campagne. La première réunion publique ce sera en début d’année prochaine.