Solidarité "non essentielle" : Des happenings le samedi matin comme action de protestation


14 avril 2021 - 572 vues

Depuis aujourd'hui, le centre culturel Michel Manet va pouvoir de nouveau accueillir des acteurs du monde culturel local pour leur permettre de préparer différentes actions.

La décision a été validée ce lundi après une rencontre avec le président la communauté d'agglomération, Frédéric Delmarès et de son vice-président en charge de la culture et de la jeunesse, Serge Pradier.

Régulièrement, sur le marché du samedi matin, il n’est désormais pas rare de profiter d’un happening sur la place de l’église.

Un happening, c’est cette performance artistique très courte, de type flash mob ou déambulation, qui joue sur la spontanéité des participants.

Ainsi, ce samedi, une dizaine de personnes se sont réunies pour exprimer leur soutien au monde de la culture et leur désaccord face aux mesures de restrictions actuelles, comme l'explique Delphine, une participante.

« On ne voit pas pourquoi on ne pourrez pas exercer nos métiers et notre art comme on l'entend. C'est liberticide au maximum. Il faut nous rejoindre. On veut juste interpeller sur le fait que l'art, c'est aussi la vie. »

Car ces actions, même si elles sont artistiques sur leur forme, restent des manifestations de protestation sur le fond, rappelle Cathy Herouard, professeur de danse du bergeracois et co-gérante de l'événement.

« On a plusieurs revendications, dont la réouverture des lieux culturels, dont la reprise des activités artistiques amateur ou professionnelles. On essaie de porter nos messages sur des petites actions extérieures, comme ici, au marché. »

Un peu de joie de vivre

Sur le marché justement, vendeurs, clients ou simples badauds semblent apprécier le moment, aussi court soit-il, proposé par les artistes du jour. A l'image de Thérèse, marchande régulière du samedi matin.

« C'est bien, ça donne quand même un peu espoir que la vie va reprendre. »

De son côté, la mairie de Bergerac dit « être solidaire des acteurs culturels ». Aussi, va-t-elle lancer dès demain, jeudi 15 avril, une campagne d'affichage nommée « Il nous manque l'essentiel », en marque de soutien aux lieux, commerces et activités touristiques toujours fermés.

Texte, photo et vidéos de Nelly Albérola.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article