Dans l'actu...

Télémédecine à Bergerac : ça commence à prendre forme

09 avril 2019 à 08h30 Par Émilie BAR
Photo d'illustration
Crédit photo : DR

Presque 8.000 actes de téléconsultations remboursés en 6 mois au niveau national. C’est environ 700 par semaine.

A l’ehpad de la Madeleine à Bergerac on compte une vingtaine de bénéficiaires concernés depuis le lancement du dispositif.

L’ehpad qui présentait, il y a un an, son projet de télémédecine en lien avec le pôle de santé du Bergeracois. Le lancement était prévu pour le mois d’avril 2018 mais il y a eu du retard à l’allumage. Les premières consultations ont seulement eu lieu en novembre dernier. Les causes de ce retard : un problème technique d’abord. Et oui, sans la fibre, difficile d’obtenir une connexion de qualité suffisante. L’Ehpad a dû dégoter une dérogation pour que la fibre soit enfin installée sur son secteur. Autre problématique : il a finalement fallu attendre le mois de septembre pour que le remboursement soit effectif. Et puis dans la mise en pratique aussi, l’Ehpad a dû faire face à plusieurs imprévus. Sylvain Connangle,le directeur de la structure.

► Écouter le podcast

Et à travers lequel l’ehpad de La Madeleine a été précurseur selon son directeur. "Première expérimentation en France de la téléconsultation avec la médecine de ville", assure t-il. Un statut qui fait de l’ehpad Bergeracois, une sorte de relais, d’assistant pour les structures de même nature qui souhaiteraient tenter l’aventure.

Mais au-delà des professionnels, ce sont aussi les patients qu’il faut convaincre. Et contrairement à ce que l’on peut croire ce n’est pas forcément l’outil en lui-même qui fait peur.

► Écouter le podcast

Sylvain Connangle compte bien sur les médecins traitants justement pour convaincre les réfractaires.

Actuellement l’Ehpad travaille avec 7 médecins testeurs. Ils pourraient être une douzaine prochainement.

Les téléconsultations avec des spécialistes vont également se développer avec la signature récente d’une convention avec le centre hospitalier de Périgueux pour ce qui concerne les plaies et cicatrisations. Convention aussi avec la clinique Francheville pour la néphrologie et l’oncologie. Avec le Verger des Balans pour les troubles du comportement et enfin avec un neurologue de Bergerac.

Reste maintenant à démocratiser le principe de la télémédecine. Sylvain Connangle espère pouvoir atteindre rapidement la vingtaine de téléconsultations par mois.