Dans l'actu...

Un concours pour les entrepreneurs de demain

04 avril 2019 à 07h20 Par Émilie BAR
Présentation du concours à l'occasion d'un atelier à la WAB de Bergerac
Crédit photo : EB

C’est La Start Up est dans le Pré et ça se passe demain et samedi à Eymet.

Mais le projet en fait a commencé en Dordogne le 12 février dernier, avec d’abord tout un tas d’ateliers à travers le département pour faire la connaissance des futurs entrepreneurs qui participeront à ce concours.

Une opération nationale déclinée sur les territoires ruraux essentiellement. En Dordogne, c’est le conseil départemental qui en est à l’initiative. Il en a confié l’organisation à Humanetech, un studio entrepreneurial basé du côté d’Agen. Objectif de La Start’up est dans le Pré : construire son projet et le tester et surtout pouvoir être accompagné par les entrepreneurs du territoire. 1 à 2 mentors par projet. Guillaume Maison, le gérant d’Humanitech.

► Écouter G.Maison

Les projets détectés donc à l’occasion des ateliers. Il y en avait encore un la semaine dernière à la Wab à Bergerac. Des ateliers qui ont réuni tous types de profils. Des hommes, des femmes, des demandeurs d’emploi, des néo-Périgourdins, des entrepreneurs déjà aguerris, des étudiants et ceux qui n’y connaissent rien. Au milieu de tous ces profils, Marion. Elle arrive de la fonction publique et veut créer une épicerie zéro déchets en Bergeracois.

► Écouter Marion

Emanuele lui est kiné à Eymet. Il travaille actuellement sur un projet dermato-cosmetique permettant l’accélération de la cicatrisation. Sûr de son projet c’est autre chose qu’il vient chercher.

► Écouter Emanuele

Emanuele que l’on retrouvera donc à Eymet demain pour le concours la start’Up est dans le Pré. Un concours où à la fin, en fait, tout le monde gagne. La volonté du département c’est qu’aucun des projets présentés ce week-end ne soit abandonné. Alors tous les porteurs de projets devraient continuer à bénéficier d’un accompagnement durant les 2 prochaines années. Guillaume Maison à nouveau.

► Écouter G.Maison

Une petite trentaine de porteurs de projets est attendue dès demain pour des ateliers et pour présenter leur projet devant un grand jury. Pas de dotation financière à la clé pour les trois projets coups de cœur mais un accompagnement privilégié pour ces entrepreneurs et surtout une sorte de label « projet de qualité », aux yeux de leurs futurs interlocuteurs.