Dans l'actu...

Volpone, le nouveau spectacle de La Gargouille, en "première confinée"

11 février 2021 à 07h30 Par Nelly Albérola
Grégory Felzines (à droite), comédien, endossera également pour la première fois le rôle de metteur en scène pour cette pièce.
Crédit photo : N.A

En résidence cette semaine à l'Auditorium de Bergerac, la troupe de théâtre a travaillé sur son nouveau spectacle, Volpone, une pièce du 17e siècle de Ben Jonson, qui va être présentée pour la première fois, demain après-midi.

Malheureusement, le spectacle ne sera joué que devant un public très fermé, restrictions sanitaires obligent : soit une trentaine de personnes maximum, principalement des programmateurs.

Volpone raconte l'histoire d'un homme riche qui feint d'être mourant pour attirer les prétendants à son héritage. Une pièce sur la cupidité de l'homme que la Gargouille présente dans un mélange d'adaptations plus modernes. 

► Écouter Grégory Felzines  

« C'est une pièce qui, même si elle a été écrite très longtemps, est toujours d'actualité, souligne Grégory Felzines Elle parle du rapport humain à l'argent et pourquoi cette accumulation d'argent ? A quoi cela sert-il si ce n'est pas pour se développer humainement ? Et jusqu'où l'être humain est capable d'aller pour réussir à cumuler du gain et sans forcément s'en servir, donc c'était ça surtout l'idée de monter cette pièce : c'était de montrer que l'argent qui est une création de l'homme lui pose quand même pas mal de barrière, et l'empêche finalement de se développer totalement en tant qu'être humain. »

Nouvelle génération

Le comédien Grégory Felzines qui est, et là aussi c'est une première, le metteur en scène de ce spectacle.

► Écouter de nouveau Grégory Felzines  

« J'ai pris le relais de Gérard Guillemin qui a passé la barre. C'est un peu une nouveauté pour la Gargouille car il a fait des mises en scène pour la Compagnie pendant plus de 40 ans, donc c'est vraiment un relais important qui se fait dans des conditions un peu particulières.

(Journaliste) Pas de pression.

Non, aucune pression (Rires) »

Christine Good, la co-fondatrice de la compagnie avec Gérard Guillemin, parle de "phase de transmission". « Le moment est venu de transmettre aux jeunes qu'on a formés », dit-elle. La plupart des comédiens professionnels de la troupe sont d'anciens élèves de l'école de théâtre, fondée il y a plus de 40 ans par la compagnie, comme c'est le cas du metteur en scène du spectacle de demain.

Un passage de flambeau dans des "conditions spéciales" qui n'effraient pas la comédienne, confiante dans la solidité de la tribu La Gargouille et dans sa diversité.

► Écouter Christine Good  

« Si on est amené à devoir ne faire que du plein air par exemple, on saura faire face. Si on est amené à faire des spectacles où il faut être nombreux sur scène comme on aime, on le fera parce-qu'on a aussi notre grand chapiteau-théâtre avec lequel on sillonne les campagnes et les villes. Mais s'il faut faire des créations avec seulement deux ou trois personnes sur scène, on sait le faire aussi. Toute cette richesse créative nous amène forcément des pistes pour rebondir et pour s'accrocher à la moindre petite accroche possible pour tenir le coup et continuer. »

Déjà deux nouvelles créations sont en cours d'élaboration : un spectacle circassien pour le moment nommé Home, et la pièce La Belle et la Bête.

En attendant de pouvoir découvrir ce programme culturel, une captation vidéo intégrale du spectacle de demain va être réalisée et sera partagée plus tard sur les réseaux sociaux pour que le grand public puisse en profiter, au cas où les lieux culturels devraient rester fermés encore un temps.